Bouton afficher menu

Les instruments

Dans un orchestre harmonique, on retrouve généralement les trois grandes familles suivantes : les bois, les cuivres et les percussions.
Voici les instruments qu’utilisent principalement les membres de l’association :

Les bois

Le hautbois

Oboe modern

Le hautbois est un instrument de musique à vent de la famille des bois dont le son est créé par la vibration d’une hanche double.
Son timbre peut être puissant et sonore ou doux et charmeur.
Connu dès l’antiquité, l’instrument a évolué dans l’espace et le temps.
Les hautbois traditionnels et les hautbois modernes forment une grande famille aux multiples facettes.
Le hautbois est avant tout un instrument mélodique qui s’exprime à merveille dans le cantabile


La clarinette

Clarinettes

Instrument à vent de la famille des bois, il se caractérise par son anche simple.
Vers 1690 à Nuremberg, Johan Christoph Denner crée la clarinette en s’inspirant de son ancêtre : « Le chalumeau ».
Elle possède une grande famille, de la contrebasse à la Sopranino.
Wolfgang Amadeus Mozart, est le premier à avoir su lui donner sa place de noblesse dans le répertoire classique avec son concerto. Vers 1840, nait la clarinette moderne.
Elle est alors dotée du système Boehm, du nom de son inventeur.
Instrument transpositeur, la clarinette en sib est la plus utilisée dans l’orchestre.
On peut l’entendre dans tous les styles : classique, jazz, musiques du monde …


La flûte traversière

Flauto Traverso COMET3

Pendant des siècles, les flûtes ont été fabriquées en bois, raison historique pour laquelle elles sont classées dans la famille des bois, même quand elles sont en métal.
Le bois fut progressivement remplacé par le métal au cours du XIXe siècle avec l'apparition de la flûte dite « Boehm ».
Le métal permettait en effet de réaliser des tubes plus réguliers, plus légers et une perce parfaitement cylindrique.
L'instrument permet un jeu plus puissant et de meilleure précision mais sa sonorité changea nettement.
Aussi, les musiciens se consacrant à la musique ancienne jouent toujours sur des flûtes en bois, souvent copies des instruments utilisés à l'époque du répertoire abordé.
De plus en plus de flûtistes de renom, solistes ou jouant en orchestre, adoptent la flûte Boehm en bois pour des questions d'esthétique de son.
Aujourd'hui, les modèles d'étude sont généralement en maillechort argenté Les flûtes traversières semi-professionnelles et professionnelles sont en alliage d'argent, en argent massif, en alliage d'or ou, plus rarement, en or ou en platine.
Certaines flûtes ont également été fabriquées en cristal.
Au-delà des matériaux employés, les flûtes professionnelles diffèrent des modèles d'étude par des détails de construction et de fabrication améliorant la qualité et la justesse du son ainsi que les performances de leur mécanisme.


Le basson

FoxBassoon

Jusqu'en 1650, un grand nombre d'instruments différents cohabitent, sans pour autant posséder de noms précis ni appartenir à des catégories bien définies.
Cependant, la première référence au basson remonte en 1602, en Italie, où on l'appelle alors fagotto.
Les perces sont très rudimentaires et les emplacements des trous sont définis sans calculs précis.
Le système de clétage n’existe pas encore : les trous sont fortement écartés et ne tombent pas sous les doigts.
Les différentes transformations du basson vont s'effectuer en plusieurs étapes.
Le XIXe siècle est assurément la grande époque de la facture des instruments à vent période pendant laquelle le basson s'est le plus développé.
De très nombreux facteurs procèdent à des modifications de l'instrument et vont presque réinventer l'instrument.
Cependant, l'évolution du basson est freinée par les musiciens eux-mêmes.
A partir des années 1820 le basson est en constante évolution, et se transforme de manière presque définitive.
Les deux systèmes moderne émergent au milieu du XIXe siècle, le basson français, et le basson allemand En France, divers facteurs améliorent l'instrument qui ne cesse d'évoluer.
Ce sont les bassons allemands qui révolutionneront le monde de la musique et s'imposent comme une référence.

Les deux systèmes, allemand et français loin d'être définitifs, évoluent encore aujourd'hui.


Le saxophone

Tenorsax

Le Belge Antoine Joseph Sax, dit Adolphe Sax (1814-1894), a cherché inlassablement à perfectionner les instruments de musique, et plus particulièrement les instruments à vent; il en a amélioré la justesse, la qualité de la sonorité ainsi que la facilité de jeu (il a déposé 33 brevets).
Il s'est inspiré de la clarinette pour le bec et du corps large pour l'anche.
Le tout premier saxophone construit par Sax, à Paris en 1842, était un saxophone baryton en fa.
Ce tout premier saxophone présentait toutes les caractéristiques du saxophone actuel : tube métallique à perce conique, bec à anche simple et système de clés Boehm, mais il avait encore la forme générale d'un ophicléide.
En 1844, le saxophone est exposé pour la première fois à l'Exposition Industrielle de Paris.
À partir de la fin du XIXe, et surtout au début du XXe siècle, se développe l'industrie américaine du saxophone.
Quatre marques sont célèbres : Buescher (le premier), King, Conn et Martin.

Les cuivres

Le tuba

Yamaha Bass tuba YFB-822

Formant le grave de la famille des cuivres, le pupitre de tuba se compose généralement de trois tailles :
- Ténor appelé baryton, euphonium, saxhorn-basse ou ténor Horn (selon les pays).
- Basse, appelée tuba ou tuba-basse
- Contrebasse, appelée tuba-contrebasse ou contrebasse sib (lors des défilés, le soubassophone version moderne de l’hélicon est employé pour un son direct grâce à son pavillon frontal).
Avec l’invention des pistons qui lui donne la forme que nous connaissons aujourd’hui, Gustave Auguste Besson (facteur parisien) en conflit avec sax, délocalise à la même époque son activité en Angleterre et crée l’euphonium.
Depuis sa création, de nombreux compositeurs lui ont consacré des pièces de soliste et de musiques de chambre.
Son répertoire traverse toute la période romantique puis le jazz, la fanfare, le brass-band, le symphonique et à présent dans toutes les formes de musique comme notre formation : l’orchestre d’harmonie.


La trompette

Trompette Sib

La trompette naturelle est fabriquée dans un tuyau de 1,50 m de long et constituée par l'embouchure, le tube (ou perce) et le pavillon.
La perce est cylindrique, ce qui lui donne un son brillant, par comparaison au son plus doux de la famille des saxhorns.
Cet instrument est encore employé dans la musique baroque sur des instruments anciens, et dans la musique militaire.
Dans la trompette à pistons, un mécanisme est ajouté qui permet d'accroître la longueur du tube, ce qui permet de jouer des notes plus graves et de combler ainsi les notes faisant défaut dans la série harmonique.
Le doigté est celui des instruments à pistons.
Il existe aussi des trompettes en ut (encore très utilisées par les musiciens classiques, car le son est souvent un peu plus fin, et pour l'enseignement dans les conservatoires, à partir d'un certain niveau), en ré et en mi bémol et la trompette piccolo en si bémol (souvent à 4 pistons) pour un registre plus élevé, largement utilisée dans la musique baroque.


Le cor d’harmonie

French horn front

Le cor d'harmonie est un instrument à vent de la famille des cuivres.
C'est la version moderne du cor à pistons inventé au XIXe siècle sur la base du cor naturel.
Il est caractérisé par son embouchure, sa perce conique qui lui confère un son doux et riche en harmoniques, son large pavillon et un ensemble de pistons permettant à l'exécutant de modifier instantanément la longueur, et donc l'accord, de l'instrument.
Le cor moderne ou cor d'harmonie est présent dans les orchestres symphoniques, de nombreux ensembles de musique de chambre et dans les orchestres d'harmonie; il est par ailleurs souvent sollicité dans les musiques de films de toutes sortes.
Il est utilisé plus rarement dans le jazz. Le corniste produit les notes de la gamme par vibration des lèvres sur l'embouchure.
Sa main gauche active trois ou quatre palettes (ou plus rarement pistons), pour changer la hauteur du son. La main droite est placée dans le pavillon pour soutenir l'instrument.
Elle permet également d'arrondir le son, d'en corriger la hauteur ou d'effectuer des sons bouchés.
L'instrumentiste peut aussi être amené à utiliser une sourdine placée dans le pavillon pour obtenir un timbre plus sourd, mais pas forcément dans le but d'atténuer le son.


Le trombone

Trombone CG Bach42AG

Le trombone est un instrument de musique à vent et à embouchure de la famille des cuivres clairs.
Le terme désigne implicitement le trombone à coulisse caractérisé par l'utilisation d'une coulisse télescopique, mais il existe également des modèles de trombone à pistons.
Le trombone à coulisse est l'un des rares instruments à vent dont la maîtrise ne nécessite pas l'utilisation individuelle des doigts.
Que le trombone soit ténor ou basse, son registre est plus grave que celui d'une trompette. Sa forme allongée courbée comme un S et surtout sa section de tube cylindrique, qui lui donne un son plus brillant, le distinguent des euphoniums ou des saxhorns au registre comparable, au son plus feutré dû à leur section de tube conique.
Il est utilisé dans de nombreux genres musicaux, de la musique classique au jazz, en passant par la salsa, le ska, le funk ou la musique militaire, et est joué dans les orchestres symphoniques, les orchestres d'harmonie, les fanfares, les big bands, les brass bands, etc.

Les percussions

Un instrument de percussion est un instrument de musique dont l'émission sonore résulte de la frappe ou du grattage d'une membrane ou d'un matériau résonant comme des baguettes.
Ils ont probablement constitué les tout premiers instruments de musique et font partie intégrante de la plupart des genres musicaux. On les trouve en effet depuis la musique traditionnelle jusqu'à la musique classique.
Si dans un groupe de musique (rock, folk, pop, jazz, etc.) le batteur n'utilise généralement que quelques éléments de percussions (tambours, cymbales), le percussionniste détient une place à part entière dans les orchestres, étant donné la variété des instruments à sa disposition (certaines œuvres peuvent de ce fait nécessiter plusieurs percussionnistes).
Utilisés la plupart du temps en complément rythmique, ils sont parfois mis à l'honneur en solistes.
Le percussionniste peut même prendre la place de tout ou partie des joueurs d'autres instruments avec l'arrivée de l'électronique, reprenant avec la boîte à rythmes la position dominante qu'il avait.

Bouton de back to top (retour haut de page)